Et voilà c’est la rentrée…

D’abord, il y a eu le mois de juin. Clémentine Vanlerberghe est partie fièrement à Paris défendre les couleurs du Nord-Pas de Calais (!) au concours international Danse élargie au Théâtre de la Ville. Elle y a présenté un extrait de 10 min de sa pièce « Plubel » qu’elle chorégraphie en binôme avec la danseuse et chorégraphe italienne Fabritia d’Intino. Même si la pièce n’a pas été sélectionnée pour la finale, il y a eu des retours beaux et à la fois constructifs. Un shoot d’adrénaline intense, de belles rencontres, d’autant plus que ce moment était également l’occasion d’une transmission de rôle pour la danseuse Céline Lefèvre qui fait à présent partie de cette pièce quatuor, en compagnie d’une quatrième danseuse : Marie Sinnaeve. Vous pourrez retrouver un extrait de 20 min de « Plubel » le 28 novembre au Théâtre d’Arles où ce projet a (aussi) été sélectionné à l’occasion des PSO, organisé par le réseau des Petites Scènes Ouvertes. Et pour la création : RDV fin mars 2019 au Festival le Grand Bain à Roubaix au CDCN le Gymnase.

En juin, les Nouveaux Ballets ont également investi le Kursaal de Dunkerque, à l’occasion d’un événement de la Fédération Nationale des Centres Sociaux autour de la notion de droits culturels. Il s’agissait pour nous de coordonner et d’assurer une sorte de « fil rouge » entre différentes performances d’acteurs des centres sociaux venus de toute la France réunis autour de cette même notion. Là encore, il y a eu de belles rencontres, c’était émouvant d’être le témoin de toutes ces initiatives à une échelle locale, dans les quartiers etc. Le contre-ténor Mathieu Jedrazak et Amélie Poirier étaient les chefs d’orchestre de cet événement. Il y a donc bien sûr eu des moments chantés où Mathieu nous a gratifié de ses plus beaux airs de castrats et d’autres moments chorégraphiques avec les danseuses Jessie-Lou Lamy-Chappuis, Céline Lefèvre et Clémentine Vanlerberghe voire mêmes marionnettiques avec la présence de la marionnettiste Chloé Ratte. Et heureusement qu’Audrey Robin était présente pour coordonner les aspects techniques. Bref, une journée bien intense avec plus de 3h de performances !

Entre temps, nous sommes retournées dans le Caudrésis-Catésis avec nos caravanes pour notre projet autour des textiles. Et Sophie Loock a rejoué la petite forme « Fil à fil » dans bon nombre d’écoles… Elle aura joué plus d’une trentaine de fois le spectacle en moins de 2 mois. Un record pour la compagnie et pour Sophie.

Ensuite, il y a eu les mois de juillet et aout : entre celles qui sont parties en vacances, celles qui ont dansé une ou deux dates par-ci, par-là, celles qui ont rangé leurs baraques, qui ont fait des travaux, celles qui ont fait du yoga, celles qui ont fait des stages de manipulation de marionnettes, de corps-castelet, de contact impro, qui ont revu la pédagogie du théâtre du mouvement, celles qui ont préparé leurs résidences à venir et celles qui sont parties à AVIGNON…

AVIGNON, c’est toujours quelque chose… On était bien contente de jouer le matin pour s’éviter le pic caniculaire insupportable de l’après-midi. Amélie Poirier accompagnée de son équipe Jessie-Lou Lamy-Chappuis (danse), Anne Lepère (création sonore) et Audrey Robin (aussi appelé : le couteau suisse de ce spectacle) y ont présenté le tout frais spectacle « Voilées » 21 fois ! Et ce, grâce au soutien de la Région Hauts-de-France et de tous nos partenaires. On était très heureuses que 2 protagonistes du spectacle : Mariane et Mounya puissent venir voir ou revoir le spectacle. Pour l’occasion, Amélie s’était chargée d’auto-éditer le texte du spectacle qui a fait fureur. Et Mathilde Mouzon s’était arrangée pour qu’une bibliographie autour du spectacle se retrouve à l’issue des représentations en partenariat avec une librairie avignonnaise. Heureusement aussi que Gabrielle, Cécile et Caroline étaient présentent pour assurer la communication auprès des publics, des professionnels et assurer la billetterie. On est contente de ce mois (intense) qui nous a permis de rôder le spectacle, il y a eu du public, on était même complet parfois, de beaux retours, des professionnels et à présent : advienne que pourra pour la suite ! Dans tous les cas, on le rejoue le 6 octobre prochain au Centre Culturel Jacques Tati d’Amiens.

Et puis, le mois d’aout : Audrey Robin, à peine rentrée d’Avignon est retournée dans son atelier de Fructôse à Dunkerque pour préparer son installation dont le vernissage aura lieu le 8 septembre prochain à 14h dans le cadre du F Tour à Dunkerque pour les 10 ans de Fructôse (qu’on se le dise !). Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle bosse à fond et non stop ! Ce projet « The house of Michel » a pour point de départ sa relation ambivalente à… Michel Sardou ! On n’en dit pas plus, mais on sait déjà qu’il y aura de belles pièces. Ca sculpte de l’argile, ça moule du silicone, du latex, il paraît qu’il est même question de résine… Et bonne nouvelle, pour sa première installation, Audrey est lauréate de la bourse aux arts plastiques de la Région Hauts-de-France.

Amélie Poirier a elle aussi déjà fait sa rentrée le 27 aout à Roubaix, à la Cie de l’Oiseau-Mouche. Elle y crée un spectacle chorégraphique « Le madisoning » autour des danses que l’on exécute dans les mariages avec 4 comédien.n.es de la Cie de l’Oiseau-Mouche dans le cadre des Belles Sorties : une tournée aura lieu dans la métropole lilloise mi-octobre prochain.  Un gros travail rythmique et de dissociation pour les 4 interprètes qui incorporent peu à peu la partition. On a hâte, d’autant plus que le spectacle comporte une dimension participative et se clôturera par un bal festif ! Pendant ce temps, fin aout, Marion Sage a de son côté eu l’occasion d’assister à la dramaturgie la chorégraphe Danya Hammoud à Berlin. L’occasion pour Marion de rencontrer la scène allemande.

Septembre, c’est aussi le retour de nos tournées avec nos caravanes musée et spectacle autour des textiles sur le Solesmois et le Caudrésis. L’ultime tournée des caravanes aura lieu en octobre prochain, ensuite, elles partiront vers d’autres cieux, le projet du Fil à retordre se clôturant cette fin d’année. Il faut dire aussi qu’on aura bien écumer le territoire avec elles. Mais la bonne nouvelle, c’est que nous allons continuer d’y travailler dans le Caudrésis-Catésis, on va même y développer un projet d’envergure qui n’est en réalité qu’une continuité du travail déjà mené là-bas. Le projet « Au sud du Nord », vise à diffuser nos spectacles sur ce territoire en lien avec des actions de médiation et des résidences in-situ en milieu scolaire. Tout cela grâce notamment au soutien de la Région Hauts-de-France. On vous en dira plus prochainement. D’ici-là, nous prendrons part aux journées du patrimoine/matrimoine en lien avec nos 3 musées textiles partenaires. Et cette année, c’est le contre-ténor Mathieu Jedrazak qui sera de partie avec la comédienne Amélie Poirier. Et, une fois n’est pas coutume, durant la rénovation de la Maison de la Broderie à Villers-Outréaux, nous avons eu l’envie pour cette lecture-musicale créée à partir de la parole des habitant.es d’investir l’Intermarché de Villers-Outréaux. On prend vite gout au fait de sortir des théâtres… On a hâte de chanter et de dire nos textes à la caissière ou au rayon surgelés.

Septembre, c’est aussi l’occasion pour Clémentine Vanlerberghe de repartir en résidence sur « Plubel » en Belgique à la Fabrique de Théâtre, pour Marion Sage de prendre part à un labo de recherche à Gand en Belgique également en compagnie d’autres artistes européens, mais aussi de préparer sa résidence autour de sa création « Grand Tétras » à Charleroi Danse (création qui aura lieu en janvier prochain dans le cadre du festival Vivat la danse à Armentières) et pour Sophie Mayeux de préparer la création de sa pièce « Die Verwandlung » aux Pays-Bas (création en mars 2019). Sophie présentera d’ailleurs la forme courte de sa pièce le 9 octobre prochain au theater aan de Schie à Rotterdam. Le Junior Ballet est sooooooo européen.

Autre bonne nouvelle de la rentrée, à compter du 1er octobre Suzy Gournay qui était jusque là notre présidente en titre, sera destituée de son trône pour la bonne cause, puisqu’elle va être embauchée par la compagnie à temps plein (et ça c’est un peu la révolution pour les Nouveaux Ballets).

En attendant, on se dit qu’avec la rentrée et les bonnes résolutions, il serait bon de tenir ce blog un peu plus régulièrement, même si on doute un peu d’y parvenir. Bref, à bientôt ! (En tous cas, on l’espère).

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire