Et voilà c’est la rentrée…

D’abord, il y a eu le mois de juin. Clémentine Vanlerberghe est partie fièrement à Paris défendre les couleurs du Nord-Pas de Calais (!) au concours international Danse élargie au Théâtre de la Ville. Elle y a présenté un extrait de 10 min de sa pièce « Plubel » qu’elle chorégraphie en binôme avec la danseuse et chorégraphe italienne Fabritia d’Intino. Même si la pièce n’a pas été sélectionnée pour la finale, il y a eu des retours beaux et à la fois constructifs. Un shoot d’adrénaline intense, de belles rencontres, d’autant plus que ce moment était également l’occasion d’une transmission de rôle pour la danseuse Céline Lefèvre qui fait à présent partie de cette pièce quatuor, en compagnie d’une quatrième danseuse : Marie Sinnaeve. Vous pourrez retrouver un extrait de 20 min de « Plubel » le 28 novembre au Théâtre d’Arles où ce projet a (aussi) été sélectionné à l’occasion des PSO, organisé par le réseau des Petites Scènes Ouvertes. Et pour la création : RDV fin mars 2019 au Festival le Grand Bain à Roubaix au CDCN le Gymnase.

En juin, les Nouveaux Ballets ont également investi le Kursaal de Dunkerque, à l’occasion d’un événement de la Fédération Nationale des Centres Sociaux autour de la notion de droits culturels. Il s’agissait pour nous de coordonner et d’assurer une sorte de « fil rouge » entre différentes performances d’acteurs des centres sociaux venus de toute la France réunis autour de cette même notion. Là encore, il y a eu de belles rencontres, c’était émouvant d’être le témoin de toutes ces initiatives à une échelle locale, dans les quartiers etc. Le contre-ténor Mathieu Jedrazak et Amélie Poirier étaient les chefs d’orchestre de cet événement. Il y a donc bien sûr eu des moments chantés où Mathieu nous a gratifié de ses plus beaux airs de castrats et d’autres moments chorégraphiques avec les danseuses Jessie-Lou Lamy-Chappuis, Céline Lefèvre et Clémentine Vanlerberghe voire mêmes marionnettiques avec la présence de la marionnettiste Chloé Ratte. Et heureusement qu’Audrey Robin était présente pour coordonner les aspects techniques. Bref, une journée bien intense avec plus de 3h de performances !

Entre temps, nous sommes retournées dans le Caudrésis-Catésis avec nos caravanes pour notre projet autour des textiles. Et Sophie Loock a rejoué la petite forme « Fil à fil » dans bon nombre d’écoles… Elle aura joué plus d’une trentaine de fois le spectacle en moins de 2 mois. Un record pour la compagnie et pour Sophie.

Ensuite, il y a eu les mois de juillet et aout : entre celles qui sont parties en vacances, celles qui ont dansé une ou deux dates par-ci, par-là, celles qui ont rangé leurs baraques, qui ont fait des travaux, celles qui ont fait du yoga, celles qui ont fait des stages de manipulation de marionnettes, de corps-castelet, de contact impro, qui ont revu la pédagogie du théâtre du mouvement, celles qui ont préparé leurs résidences à venir et celles qui sont parties à AVIGNON…

AVIGNON, c’est toujours quelque chose… On était bien contente de jouer le matin pour s’éviter le pic caniculaire insupportable de l’après-midi. Amélie Poirier accompagnée de son équipe Jessie-Lou Lamy-Chappuis (danse), Anne Lepère (création sonore) et Audrey Robin (aussi appelé : le couteau suisse de ce spectacle) y ont présenté le tout frais spectacle « Voilées » 21 fois ! Et ce, grâce au soutien de la Région Hauts-de-France et de tous nos partenaires. On était très heureuses que 2 protagonistes du spectacle : Mariane et Mounya puissent venir voir ou revoir le spectacle. Pour l’occasion, Amélie s’était chargée d’auto-éditer le texte du spectacle qui a fait fureur. Et Mathilde Mouzon s’était arrangée pour qu’une bibliographie autour du spectacle se retrouve à l’issue des représentations en partenariat avec une librairie avignonnaise. Heureusement aussi que Gabrielle, Cécile et Caroline étaient présentent pour assurer la communication auprès des publics, des professionnels et assurer la billetterie. On est contente de ce mois (intense) qui nous a permis de rôder le spectacle, il y a eu du public, on était même complet parfois, de beaux retours, des professionnels et à présent : advienne que pourra pour la suite ! Dans tous les cas, on le rejoue le 6 octobre prochain au Centre Culturel Jacques Tati d’Amiens.

Et puis, le mois d’aout : Audrey Robin, à peine rentrée d’Avignon est retournée dans son atelier de Fructôse à Dunkerque pour préparer son installation dont le vernissage aura lieu le 8 septembre prochain à 14h dans le cadre du F Tour à Dunkerque pour les 10 ans de Fructôse (qu’on se le dise !). Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle bosse à fond et non stop ! Ce projet « The house of Michel » a pour point de départ sa relation ambivalente à… Michel Sardou ! On n’en dit pas plus, mais on sait déjà qu’il y aura de belles pièces. Ca sculpte de l’argile, ça moule du silicone, du latex, il paraît qu’il est même question de résine… Et bonne nouvelle, pour sa première installation, Audrey est lauréate de la bourse aux arts plastiques de la Région Hauts-de-France.

Amélie Poirier a elle aussi déjà fait sa rentrée le 27 aout à Roubaix, à la Cie de l’Oiseau-Mouche. Elle y crée un spectacle chorégraphique « Le madisoning » autour des danses que l’on exécute dans les mariages avec 4 comédien.n.es de la Cie de l’Oiseau-Mouche dans le cadre des Belles Sorties : une tournée aura lieu dans la métropole lilloise mi-octobre prochain.  Un gros travail rythmique et de dissociation pour les 4 interprètes qui incorporent peu à peu la partition. On a hâte, d’autant plus que le spectacle comporte une dimension participative et se clôturera par un bal festif ! Pendant ce temps, fin aout, Marion Sage a de son côté eu l’occasion d’assister à la dramaturgie la chorégraphe Danya Hammoud à Berlin. L’occasion pour Marion de rencontrer la scène allemande.

Septembre, c’est aussi le retour de nos tournées avec nos caravanes musée et spectacle autour des textiles sur le Solesmois et le Caudrésis. L’ultime tournée des caravanes aura lieu en octobre prochain, ensuite, elles partiront vers d’autres cieux, le projet du Fil à retordre se clôturant cette fin d’année. Il faut dire aussi qu’on aura bien écumer le territoire avec elles. Mais la bonne nouvelle, c’est que nous allons continuer d’y travailler dans le Caudrésis-Catésis, on va même y développer un projet d’envergure qui n’est en réalité qu’une continuité du travail déjà mené là-bas. Le projet « Au sud du Nord », vise à diffuser nos spectacles sur ce territoire en lien avec des actions de médiation et des résidences in-situ en milieu scolaire. Tout cela grâce notamment au soutien de la Région Hauts-de-France. On vous en dira plus prochainement. D’ici-là, nous prendrons part aux journées du patrimoine/matrimoine en lien avec nos 3 musées textiles partenaires. Et cette année, c’est le contre-ténor Mathieu Jedrazak qui sera de partie avec la comédienne Amélie Poirier. Et, une fois n’est pas coutume, durant la rénovation de la Maison de la Broderie à Villers-Outréaux, nous avons eu l’envie pour cette lecture-musicale créée à partir de la parole des habitant.es d’investir l’Intermarché de Villers-Outréaux. On prend vite gout au fait de sortir des théâtres… On a hâte de chanter et de dire nos textes à la caissière ou au rayon surgelés.

Septembre, c’est aussi l’occasion pour Clémentine Vanlerberghe de repartir en résidence sur « Plubel » en Belgique à la Fabrique de Théâtre, pour Marion Sage de prendre part à un labo de recherche à Gand en Belgique également en compagnie d’autres artistes européens, mais aussi de préparer sa résidence autour de sa création « Grand Tétras » à Charleroi Danse (création qui aura lieu en janvier prochain dans le cadre du festival Vivat la danse à Armentières) et pour Sophie Mayeux de préparer la création de sa pièce « Die Verwandlung » aux Pays-Bas (création en mars 2019). Sophie présentera d’ailleurs la forme courte de sa pièce le 9 octobre prochain au theater aan de Schie à Rotterdam. Le Junior Ballet est sooooooo européen.

Autre bonne nouvelle de la rentrée, à compter du 1er octobre Suzy Gournay qui était jusque là notre présidente en titre, sera destituée de son trône pour la bonne cause, puisqu’elle va être embauchée par la compagnie à temps plein (et ça c’est un peu la révolution pour les Nouveaux Ballets).

En attendant, on se dit qu’avec la rentrée et les bonnes résolutions, il serait bon de tenir ce blog un peu plus régulièrement, même si on doute un peu d’y parvenir. Bref, à bientôt ! (En tous cas, on l’espère).

 

 

 

 

 

 

Ahhhhhhhhhhhh

Bon, ok, la dernière fois qu’on a écrit sur ce blog c’était en février… Après, on n’a plus réussi à tenir le rythme. Et pour cause… On vous fait le petit listing récapitulatif : -on commence sérieusement à développer notre don d’ubiquité-.

-Il y a eu la création de « Voilées » d’Amélie Poirier fin avril au Théâtre des Ilets / CDN de Montluçon-Auvergne. Où le public a également pu découvrir, le nouveau film documentaire du même nom co-réalisé par Amélie Poirier et Justine Pluvinage. Et bonus surprise : le film est actuellement diffusé en continu à la galerie l’ Espace Croisé à Roubaix (dans la condition publique) jusqu’au 8 juillet prochain grâce à Justine qui a plus d’un tour dans son sac. Bref, entre le spectacle, les films « Brodeuses » et « Voilées », la conférence de Nicole Pellegrin, anthropologue du vêtement au CNRS sur « les voiles : une histoire française », on peut dire que c’était là un beau parcours de spectateur/spectatrice, rendu possible grâce à l’équipe des Ilets. Et en plus, on est contentes du spectacle ! Entre deux, le 19 mai dernier à l’occasion de la Nuit des Musées, le spectacle a été rejoué 2 fois au Musée Matisse du Cateau, l’occasion pour nous de le re-traverser dans des conditions plus compliquées techniquement, mais toujours utile avant de débarquer au Festival d’Avignon ! Et puis, c’était aussi l’occasion de rencontrer le public du Nord, des personnes touchées par les problématiques textiles et ça, c’était beau de voir des yeux s’écarquiller… Prochain RDV : à Présence Pasteur, au festival Avignon Off avec le soutien de la Région Hauts-de-France du 6 au 29 juillet (relâche les lundi) : et en plus, Luce Amoros, nous a fait une super affiche « à la main » pour le Festival et ça c’est la classe !!!

-On a aussi beaucoup tourné avec nos caravanes-spectacle et musée depuis fin mars : 4 semaines à la rencontre des publics du Caudrésis-Catésis et de la CCPS et en plus il y a eu une lecture-spectacle dans le bar PMU Chez Betty à Vertain qu’on a adoré (on commence à se dire qu’on devrait investir ce genre de lieux plus souvent). Il y a eu aussi plusieurs semaines d’ateliers d’arts plastiques autour des textiles menés par l’artiste Gabrielle Oster (au-delà d’être en mission de service civique avec les Nouveaux Ballets !), des rencontres avec un nombre plus qu’indécent de scolaires de la maternelle au collège, de tout public, d’associations, de foyers etc. Autant dire que Sophie Loock (comédienne, maintenant devenue spécialiste du textile), Mathilde Mouzon (qui coordonne le projet et mène aussi un travail d’ingénieurie culturelle auprès de nos 3 musées partenaires afin de créer « une route textile » en collaboration avec l’Office du Tourisme de Cambrai : oui, on ne pensait pas en arriver là un jour, comme quoi, tout est possible !), Cécile Domiquin (médiatrice en mission de service civique) et tous les danseurs qui nous ont accompagné sur ces 4 semaines : Clémentine Vanlerberghe, Rémi Hollant, Carole Bordes et prochainement Jessie-Lou Lamy-Chappuis savent à présent parfaitement comment atteler une caravane ! Et on retourne sur les routes une dernière fois la semaine du 4 juin autour d’Avesnes-Les-Aubert…

-Dans le cadre de ce même projet, une nouvelle création jeune public va voir le jour lundi prochain (oui, parce qu’on s’est dit qu’une création par an, ça n’était pas suffisant…) : il s’agit du spectacle « Fil à fil » d’après l’album jeunesse « Jean Fil à fil » de Roger Mello édité aux éditions MeMo. C’est la comédienne-marionnettiste Sophie Loock qui le porte et c’est co-mis en scène par Sophie, Amélie Poirier et Simone Découpe (plasticienne et marionnettiste qui a réalisé le superbe environnement scénographique de ce spectacle tout en papier découpé). Et ça va jouer une trentaine de fois entre fin mai et mi-juin ! Au programme, écoles, Musée Matisse, médiathèques etc.  L’occasion de bien rôder le spectacle, accessible dès la maternelle.

-En mai, il y a aussi eu le début d’un nouveau projet qui se concrétisera en mars 2019 au TJP à Strasbourg : la pièce « Dadaaa » d’Amélie Poirier qui met en scène des danseurs et un chanteur co-habitant au plateau avec des marionnettes dada inspirées de l’oeuvre de Sophie Taeuber-Arp et construites par Audrey Robin. Une première résidence a eu lieu cette semaine au CDCN le Gymnase à Roubaix et on est très content des premiers retours des enfants (oui, car c’est aussi une pièce jeune public, à partir de 2 ans).

-Pendant ce temps, Sophie Mayeux a pris part aux derniers moments de la SUPERésidence et elle a joué dans « Cent Mille ans » de Léo Lequeuche. Clémentine Vanlerberghe est partie tourner la pièce « Tetris » / Cie Arch 8 (NL) 3 semaines aux USA (y a pire !), et elle prépare avec son équipe la présentation de la pièce « Plubel » le 16 (et on l’espère le 17) juin prochain au Théâtre de la Ville à Paris, à l’occasion du concours Danse élargie (la création est prévue la saison prochaine au CDCN le Gymnase à Roubaix lors du festival le Grand Bain). Audrey Robin, n’a pas eu beaucoup l’occasion de se consacrer à son projet plastique autour de Michel Sardou, mais elle s’y remet la semaine prochaine : accrochage prévu fin aout dans le cadre de l’expo F Tour (pour les 10 ans de Fructose) à Dunkerque.

-En attendant, vous pouvez nous retrouver à Marles-les-Mines ce mardi 29 mai et à Lillers ce mercredi 30 mai pour les dernières dates de la saison de la forme déambulatoire in-situ « Que ferez-vous de mon profil Facebook quand je serai morte ?  » d’Amélie Poirier dans le cadre de la Comédie de Béthune près de chez vous.

 

Tchus’

Oulala on est déjà fin février…

Oui, encore une fois, on n’a pas vu le temps passer… Faut dire qu’on n’a pas trop le temps de s’ennuyer. Depuis janvier, il y a eu de belles étapes de travail avec le dispositif Happynest de Superamas à la Maison de la Culture d’Amiens et au Vivat d’Armentières pour Marion Sage et Amélie Poirier  -et à la Comédie de Béthune pour cette dernière- (nous voilà rassurées ! Mais on ne relâche pas la pression, il y a toujours tellement à faire avant une première…).

Et puis bonne nouvelle : le spectacle « Voilées » d’Amélie Poirier sera présenté durant tout le mois de juillet au Festival Off d’Avignon, avec le soutien de la Région Hauts-de-France à Présence Pasteur. Entre temps, vous aurez la possibilité de le découvrir fin avril au Théâtre des Ilets : CDN de Montluçon et exceptionnellement dans le Nord (!) au Musée Matisse du Cateau -avec un dispositif technique réduit- dans le cadre de la nuit des Musées le 19 mai prochain à 19h et 21h (et en plus, c’est gratuit !). On est bien contentes que notre rayonnement dans le Caudrésis-Catésis, grâce à notre projet Du Fil à retordre ! nous permette à présent de diffuser nos spectacles sur ce territoire. (Et ça on le doit beaucoup à Mathilde Mouzon, qui est assistante de production sur Du fil à retordre !).

Autre bonne nouvelle, la petite forme « Fil à fil » d’après l’album jeunesse « Jean Fil à fil » de Roger Mello (édité chez MeMo) est en cours de création. (Autant vous dire que l’on travaille d’arrache-pieds, y compris les week-end). Cette petite forme jeune public est créée collectivement par Sophie Loock (comédienne-manipulatrice), Amélie Poirier (qui oeuvre collectivement à la mise en scène) et Chloé Ratte alias Simone Découpe (qui conçoit notamment la scénographie en dentelle de papier). Elle sera créée le 28 mai prochain au Cateau-Cambrésis et tournera dans les établissements scolaires, au Musée Matisse du Cateau etc. pour une douzaine de dates entre mai et juin, avant de reprendre la route à l’automne.

Ah oui, on est aussi super contente d’accueillir 2 volontaires en service civique : Cécile et Gabrielle qui vont nous accompagner dans nos différentes actions. On vous en dira plus prochainement, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’elles sont remarquablement efficaces !

Ca bouge aussi beaucoup du côté de Clémentine Vanlerberghe et de sa création « Plubel » en binôme avec la danseuse-chorégraphe italienne Fabritia d’Initino, mais surprise-surprise (on en garde un peu pour le prochain article dans le blog !).

De son côté, Sophie Mayeux a tourné dernièrement la forme courte de sa pièce « Die Verwandlung » pour plusieurs dates aux Pays-Bas et elle poursuit son travail d’interprète pour la Cie Velum (« CENT mille ans » de Léo Lequeuche).

Audrey Robin, est assistée durant 2 semaines par Manon (stagiaire construction venue de Haute-Savoie !) dans son atelier de Fructôse à Dunkerque. Elle prépare des accessoires et costumes pour la pièce « CENT mille ans » de Léo Lequeuche, construit une marionnette Dada pour une prochaine pièce jeune public d’Amélie Poirier et sera prochainement à Bruxelles où elle travaillera comme assistante de la constructrice de marionnettes Natacha Belova sur un stage puis sur la création d’un spectacle de la Cie Mossoux-Bonté.

Entre temps, Amélie Poirier poursuit un Clea sur la thématique « danse & sport » sur Roubaix et Tourcoing en binôme avec le chorégraphe strasbourgeois Sylvain Sicaud (avec l’accompagnement du CDCN le Gymnase). Au programme : performances in-situ accompagnées d’une médiation avec des classes de maternelles, mise en place d’un bal voguing à la Manufacture des Flandres avec les élèves de l’ESAAT, projection du film « Brodeuses », mise en place de gestes artistiques avec des classes de primaire et de collège  etc.

Enfin, on vous donne RDV le 15 mars à Divion, le 16 mars à Aire-sur-la-Lys et le 23 mars à Auchy-Les Mines, pour une reprise de « Que ferez-vous de mon profil Facebook quand je serai morte ? » en version in-situ déambulatoire d’Amélie Poirier avec la Comédie de Béthune / CDN.

GROS BISOUS. <3

« Fil à fil », à l’occasion des premières répétitions…

Bonané !

Bah oui : bonne année !

Pendant les vacances, les Nouveaux Ballets en ont profité pour se reposer (en mangeant du faux-gras vegan). Amélie Poirier et Audrey Robin sont parties filmer en Inde du sud (notamment, mais pas que… on me dit dans l’oreillette qu’il y avait aussi une histoire de yoga Iyengar) pour le film « Voilées » qui viendra dialoguer avec le même spectacle éponyme qu’Amélie créera fin avril 2018 au CDN de Montluçon. Plus qu’une journée de tournage, et le montage que réalisera l’artiste-vidéaste Justine Pluvinage pourra commencer en février.

Janvier-février, c’est la période des résidences et des étapes de travail pour les Nouveaux Ballets !

Marion Sage et Amélie Poirier s’apprêtent à montrer leurs toutes premières étapes via le dispositif Happynest de Superamas. Ce sera à la Maison de la Culture d’Amiens / Festival Tendance Europe le 26 janvier à 20h et le 31 janvier à 15h à l’EPSM d’Armentières / Le Vivat dans le cadre du Festival Vivat la danse.

Marion Sage était d’ailleurs en résidence ce week-end à Bruxelles sur son projet « En voût »  et Amélie Poirier part demain avec son équipe dans le Pas-de-calais : à la Comédie de Béthune / CDN pour une dizaine de jours. Elle y présentera d’ailleurs une autre étape de travail le 24 janvier à 18h.

Clémentine Vanlerberghe sera également en résidence au Théâtre Massenet à Lille pour sa pièce-quatuor « Plubel » qu’elle crée en binôme avec la danseuse-chorégraphe italienne Fabritia d’Intino. Une présentation de travail réservée aux professionnel.les aura lieu le vendredi 2 février à 14h. Clémentine interviendra par ailleurs à l’Université Lille 3 en ce début d’année . Le 7 mars, elle y présentera le rendu de ce travail et montrera un petit morceau d’un prochain solo qu’elle est en train de construire autour du don des larmes, du care/du soin, intitulé : « Gracia Lacrimae ».

Sophie Mayeux a pris part au premier volet de la SUPERésidence (mise en place notamment par le Tas de Sable à Amiens et le Théâtre des Doms à Avignon) à la Fabrique de Théâtre -BE-. Elle partira prochainement en Haute-Garonne, à proximité de Toulouse afin de travailler avec des scolaires sur sa pièce en cours de création « Die Verwandlung » dans le cadre du programme Création en cours des Ateliers Médicis.

Audrey Robin, quant à elle partage son temps, entre la création de « Voilées » d’Amélie Poirier et la Cie Velum pour laquelle elle travaille sur différents aspects techniques de la prochaine création de Léo Lequeuche « Cent mille ans » et construit de nouveau une marionnette taille humaine en mousse taillée.

Voilà ! On file, parce qu’on a du boulot…

On espère vous voir ou vous rencontrer lors de nos prochaines étapes de travail 🙂

GROS BISOUS <3

 

ça fait longtemps…

Ca fait longtemps que nous n’avons pas communiqué sur notre blog.

Et pour cause, on n’a pas vraiment connu de répit… Il s’en est passé des choses depuis fin octobre.

Amélie Poirier et Justine Pluvinage sont parties à Montréal filmer Aramesh : une des protagonistes du film et de la pièce « Voilées » que prépare Amélie. C’était beau de voir Aramesh dans ce nouvel environnement, si épanouie. (Faut dire qu’à côté de la France, niveau féminisme, Montréal ça leur a semblé quand même être autre chose…). Elles ont aussi été frappées par les rencontres professionnelles qu’elles ont eues l’occasion de faire, par le temps qu’on leur a consacré. Et on sait bien que le temps semble précieux pour tout le monde en ce moment. Et puis après on a tourné dans le Nord avec Myriam, Mounya, Mariane et la maman d’Amélie, c’était intense et beau. On a de beaux rush, encore 1 journée de tournage fin janvier et on s’attaque au montage image !

Elles ont aussi terminé les 6 portraits-vidéo d’habitant.es à destination des Musées textiles du Caudrésis. Des portraits de 4 à 6 min qui viendront apporter des témoignages oraux du travail textile. Ouvriers et patrons de 27 à 84 ans se racontent. Ca a représenté beaucoup de travail, un peu plus que prévu avec de petits moyens financiers, mais ça en valait la peine. Les portraits nous semblent beaux, émouvants. On espère qu’ils plairont aux protagonistes ! La prochaine fois (au printemps) c’est Mathilde Mouzon qui s’attaque à la réalisation de la suite de ces portraits-vidéo, en attendant elle oeuvre à l’écriture de subventions (un tout autre exercice ! Mais tout aussi nécessaire…) et puis surtout, elle prépare déjà notre venue avec les caravanes au printemps 2018 autour du Cateau en collaboration avec un nouveau partenaire dans le cadre de notre projet  Du Fil à retordre : le Musée Matisse.

Entre temps, la comédienne-marionnettiste Sophie Loock a résidé durant 6 semaines consécutives à l’IME de Samer dans le Pas-de-Calais dans le cadre d’une Mission d’appui financée par la DRAC et l’ARS. La thématique retenue par l’IME était « le rêve ». Une expérience assez incroyable avec son lot de moments magnifiques et d’autres plus complexes comme on peut le supposer. Elle y a développé le personnage de Zelie Bulle : un doudou humain à l’état de brouillon que les enfants (et professionnels de santé) ont apprivoisé. Elle a dormi, ouvert les yeux, communiqué grâce à un système de pictogrammes que les enfants de l’IME connaissent. Et puis ils l’ont customisé, ils lui ont même fabriqué un radeau et finalement il a fallu lui dire au revoir à l’occasion d’une belle déambulation, comme un rêve éveillé. Les enfants ont crié « au revoir Zelie Bulle, à bientôt », Sophie a pleuré derrière son masque-prothèse et c’était beau…

La costumière Perrine Wanegue est également intervenue sur cette résidence-mission accompagnée par la constructrice Audrey Robin. Elles ont entre autre confectionné un rêve éveillé avec Sophie qui a aussi eu l’occasion de jouer deux fois « Citrus Andronicus » à destination des professionnels de santé.  Et puis, Amélie Poirier est venue à son tour avec son équipe, y présenter la dernière partie du spectacle « Que ferez-vous de mon profil Facebook quand je serai morte ? » : un moment où les danseurs manipulent leurs doubles-marionnettes…

Et puis, il y a eu des résidences : Sophie Mayeux à Arnhem aux Pays-Bas pour sa pièce « Die Verwandlung » : la bonne nouvelle, le théâtre qui l’accueille a décidé de l’accompagner et de la co-produire pour la création qui aura lieu la saison prochaine. Amélie Poirier à l’EPSM / Le Vivat d’Armentières dans le cadre du programme Happynest de Superamas avec sa pièce « Voilées » : ça avance bien ! Et Marion Sage termine la semaine prochaine sa résidence (dans le même lieu et dans le même cadre !) pour sa pièce « En voû », on a toutes hâte de découvrir une étape de ce travail en janvier prochain à la Maison de Culture d’Amiens et au Vivat d’Armentières pendant le festival Vivat la danse. D’ailleurs, Marion et Amélie ont eu droit à un workshop technique d’une semaine au Centre Culturel Jacques Tati à Amiens avec Superamas, ce qui a permis de travailler sur la dramaturgie de leurs pièces et d’avancer du point de vue de la création lumière.

Audrey Robin, a aussi fait sa première sortie de résidence en tant que plasticienne via un focus sur son travail à Fructôse / Dunkerque (et ça c’est quelque chose !). Il était question du rapport ambivalent qu’elle entretient avec le chanteur Michel Sardou (oui, vous avez bien lu : tout un programme !). Il y a eu des micro-phallus en silicone (on parle bien de l’objet « micro »)  qui s’effondrent, la pochette de l’album du titre « rouge » de Michel, dessiné et peint avec ses règles (il paraît que c’est une super matière, agréable à travailler : avis aux amatrices ! Attention : veillez à les conserver au frigo hein…), un ballon dégonflé Michel Sardou en latex, un masque de Commedia dell’ Arte mélangé aux traits de Michel etc. Bref, c’est pas parce qu’on la connait bien, mais on trouve ça hyper prometteur ! Vous pourrez retrouver ces oeuvres (et d’autres) en septembre 2018 a priori, à l’occasion d’une expo collective pour les 10 ans de Fructôse (il paraît). Et puis, pour le mini-mammouth de l’art sur le bateau la Duchesse Anne à Dunkerque Audrey avait aussi confectionné des mini-sculptures « double moule » et « cerveau à la noix »  (plus vrais que nature !) : l’occasion de se tester sur de nouvelles matières.  En ce moment, elle clôture l’année 2017 avec un stage de 2 semaines avec la marionnettiste Natacha Belova à Bruxelles où elle travaille la sculpture et le thermoformage.

De son côté, Clémentine Vanlerberghe était en tournée en Chine avec la pièce « Tetris » de la Cie Arch8 basée aux Pays-Bas. Elle a travaillé également avec le CDCN le Gymnase à Roubaix, où elle a mené des ateliers de danse avec des clubs de sport roubaisiens. L’occasion de préfigurer le CLEA « danse & sport » qui aura lieu entre janvier et mars 2018 auquel prend part Amélie Poirier en binôme avec le chorégraphe strasbourgeois qui oeuvre en espace public : Sylvain Sicaud. D’ailleurs la semaine prochaine, on pourra retrouver Amélie, Clémentine, Sylvain et la gymnaste Céciliane Hochart (avec laquelle Amélie Poirier avait collaboré sur la pièce « Cindy Vs Julie ») à l’occasion d’un programme d’une heure de formes courtes autour du sport. Ca joue au CDCN le Gymnase à Roubaix en scolaire :  ce mardi à 14h, mercredi à 10h, jeudi à 10h et 14h, vendredi à 10h30 et mercredi à 16h en tout public. Il y sera question de cheerleader, de vélo, de judo, de GRS, de libre-arbitre, de relation du corps aux objets sportifs etc. Bref, c’est un peu notre spectacle de noël quoi !

Bon, après on se repose un peu quand même… Parce que la suite de la saison est autant voire plus chargée que la première partie… Entre temps, on a quand même eu envie de fêter noël (parce qu’au delà de travailler ensemble, on s’aime bien !), du coup, on a organisé notre premier arbre de noël avec la Cie la Ruse grâce au Gymnase. On a mangé des gâteaux vegan du traiteur « Salut toi ! », on a dansé avec les enfants sur « Die Antwoord » (et ils y en a certain qui ont flippé) et on a ouvert les cadeaux…

A gauche : Sculpture en cours d’Audrey Robin (Stage avec Natacha Belova à Bruxelles). A droite : échange avec le public suite à une étape de travail de Sophie Mayeux à Arnhem aux Pays-Bas.

A gauche : une « double moule » plus vraie que nature signée Audrey Robin. A droite : le making off de la tournée en Chine de Clémentine Vanlerberghe.

A gauche : Audrey Robin en pleine recherche à l’occasion d’un workshop lumière à Amiens avec l’équipe de Superamas. A droite : Justine, Aramesh et Amélie à Montréal pendant le tournage du film « Voilées ». (Oui, des fois, on mange).

A droite : Marion Sage en pleine recherche à l’occasion d’un workshop lumière à Amiens avec l’équipe de Superamas. A droite : un micro-phallus en silicone d’Audrey Robin dans le cadre de son projet autour de Michel Sardou.

 

 

 

Les vacances ?

Il paraît que ce sont les vacances… On avoue que c’est un mot qu’on ne connait que trop peu. De toutes façons, les vacances de la Toussaint, c’est toujours un peu tristoune. (On cherche des arguments !).

Octobre se termine et novembre pointe déjà le bout de son nez. Tous les ans, le temps passe de plus en plus vite -comme dirait ma grand-mère-. En octobre, il s’est passé quoi déjà ? A force de faire plein de trucs, parfois, on ne sait plus ce qu’on fait…

Marion Sage était en résidence à Amiens dans le cadre du dispositif Happynest de Superamas et ça avance, ça avance… A présent, il faut que les belles choses qui sortent en improvisation puissent s’inscrire et se refaire, recommencer (toujours) dans l’écriture de la pièce. Tout un chemin…

Sophie Mayeux était elle aussi ravie de sa résidence autour de la pièce « Die Verwandlung » à Arnhem aux Pays-Bas. D’autant plus qu’elle a la chance d’avoir sa production portée par le lieu d’accueil. Ce qui de nos jours représentent un luxe certain, étant donné l’aspect précaire de nos professions.  Elle a pu travailler pour la première fois avec les 3 interprètes au plateau. Prochain RDV en décembre prochain, toujours aux Pays-Bas. Et autre bonne nouvelle : Sophie est lauréate de la 2ème promotion de « Création en cours » : un dispositif du Ministère de la Culture à destination des jeunes artistes sortant d’écoles supérieures. Elle travaillera sur le premier semestre 2018 sur cette même pièce en Haute-Garonne en compagnie d’enfants d’une école de la Région.

Clémentine Vanlerberghe a résidé au CCN de Roubaix en solitaire sur la pièce « Plubel » dans le but de préparer la suite des résidences avec toute l’équipe. Elle commence aussi à rechercher autour d’une forme solo, mais on n’en dit pas plus pour l’instant ! Cette semaine, elle travaille en région parisienne avec la chorégraphe Françoise Tartinville/ Cie Atmen sur la pièce « Qui a peur du rose ? » et puis la semaine prochaine, elle s’envole en Chine pour 2 semaines de tournée avec la pièce jeune public « Tétris » de la compagnie néerlandaise Arch8.

Audrey Robin a quant à elle vécue ses premières portes ouvertes des ateliers d’artistes à Fructôse à Dunkerque. Généreusement (on peut témoigner !) elle a pu expliquer à un public jeune et moins jeune son processus de création. Elle a également recueilli beaucoup (BEAUCOUP) de questions techniques sur le moulage, la sculpture etc. Faut dire aussi que le réalisme, ça fascine… Actuellement, elle prépare la marionnette de « Voilées », le spectacle en cours de création d’Amélie Poirier. Puis s’attachera à travailler sur son « Focus » : un temps de monstration autour de sa recherche plastique (il est question de Michel Sardou !) en cours qui aura lieu le 30 novembre prochain toujours à Fructôse. D’ailleurs, cette semaine, Audrey est allée chercher l’inspiration au concert de Michel Sardou à Bruxelles. (Ce cher Michel s’est d’ailleurs donné à coeur joie de lancer une petite pique anti-féministe. Sacré Michel, égal à lui-même quoi !).

De son côté, Amélie Poirier prépare la création de son spectacle « Voilées » sous bien des aspects. Elle était également en résidence sur le plateau de Fructôse à Dunkerque avec la comédienne-marionnettiste Sophie Loock pour la création d’une forme courte jeune public autour des textiles. Les choses s’affinent ! A priori, elles travailleront à partir d’ombres, de silhouettes, de rétro-projection etc. Simone Découpe qui a en charge la scénographie et la co-mise en scène de cette forme devait les rejoindre, mais malheureusement la maladie automnale est passée par là. Ca n’est que partie remise ! La semaine dernière, Amélie était à Essen en Allemagne où elle travaillait comme regard extérieur pour la chorégraphe grecque Foteini Papadopoulou, en compagnie du danseur lillois Alejandro Russo. Ca change un peu de se mettre au service d’autres projets et là, c’était un vrai plaisir, avec une belle équipe et un beau spectacle dont la première aura lieu demain à Essen. Cette semaine Amélie travaille avec l’artiste vidéo Justine Pluvinage sur le montage des portraits d’habitant.es autour des textiles réalisés dans le cadre du projet du Fil à Retordre ! Ces vidéos seront amenées à intégrer les collections des musées. Un gros travail de montage (surtout pour Justine !) plus long que prévu étant donné le nombre de rush mais de beaux portraits en perspectives. On a hâte que les habitant.es puissent se découvrir ! Un grand merci à Mathilde Mouzon d’ailleurs, qui travaille sur le projet Du fil à retordre ! qui a retranscrit l’ensemble des entretiens (c’était du temps et un sacré travail aussi !) et qui est en plein dans les demandes de subventions etc. à ce sujet.

La semaine prochaine, Amélie et Justine seront à Montréal pour du repérage par rapport au film « Voilées » (en réponse au spectacle éponyme) notamment qui sera tourné en novembre-décembre. Mais là, elles sont tellement dans le jus, qu’elles ne se rendent pas trop trop compte qu’elles partent déjà lundi….

Il y aurait beaucoup d’autres choses à raconter : Sophie Loock qui pense sa prochaine résidence-mission à l’IME de Samer et qui dans ce cadre prépare un costume de doudou-habité avec la costumière Perrine Wanegue ! Un début de Clea « danse et sport »  en fanfare sur Roubaix et Tourcoing pour Amélie et le chorégraphe strasbourgeois Sylvain Sicaud (ça va être chouette !). Des workshops techniques, dramaturgiques etc. avec le Collectif Superamas à Amiens pour Amélie et Marion dans le cadre du dispositif Happynest etc. Une création à venir avec la Cie de l’Oiseau-Mouche dans le cadre des Belles Sorties à l’automne 2018 pour Amélie etc.

Bref, on n’a pas trop trop le temps de s’ennuyer.

On vous fait des bisous.

Les photos de gauche à droite et de haut en bas : l’atelier d’Audrey Robin à Fructôse / Portes ouvertes des Ateliers d’artistes / Premières tentatives dramaturgiques à Essen / Montage des portraits d’habitant.es avec Justine Pluvinage.

 

Septembre se termine et octobre arrive…

Bonjour, Bonjour,

La saison continue avec son rythme trépident…

En septembre, nous étions entre Lille, Amiens, Charleville-Mézières, Caudry etc.

Sophie Loock a joué « Citrus Andronicus » en rue à Charleville-Mézières pendant le Festival de Marionnette. Jouer 6 fois ce spectacle tout juste créé était une chance nécessaire pour pouvoir rôder cette forme qui tient du marathon (interpréter une dizaine de personnages, c’est toujours quelque chose et ça demande un certain entraînement du cerveau en terme de dissociation). Bref, mission accomplie ! Le spectacle a pris de la densité et le public était bel et bien à l’écoute (y compris les plus jeunes).

On est aussi fort contente, car notre lecture-spectacle que nous avions adapté à chaque espace, diffusée lors des Journées du Patrimoine et du Matrimoine dans les Musées textiles du Caudrésis dans le cadre du projet Du Fil à retordre ! n’a jamais rencontré autant de publics. Signe que les choses avancent et ça augure de belles suites… Mathilde est en plein dans les demandes de subvention d’ailleurs (et on lui souhaite bien du courage !).

Depuis mi-septembre, Amélie était en résidence pendant 2 semaines sur la création « Voilées » à la Maison de la Culture d’Amiens grâce au dispositif Happynest du Collectif Superamas. ça avance ça avance… Entre les recherches sur la manipulation textile avec la danseuse Jessie-Lou Lamy-Chappuis, les venues de Vincent de Superamas et du plasticien Philémon Vanorlé comme regards complices qui nous ont aidés à avancer sur les liens entre l’image en mouvement et les textes, Anne Lepère sur la composition sonore et Audrey Robin sur la construction de la marionnette, elle n’a pas eue le temps de s’ennuyer… Prochaine résidence : fin novembre au Vivat d’Armentières. Et puis hier, Anne et Amélie ont enregistré les entretiens sonores de 2 femmes dont les textes sont dans le spectacle (Mariane et Mounya), c’était de beaux moments. Amélie prépare également le film documentaire « Voilées » qu’elle réalisera avec la complicité de l’artiste vidéo Justine Pluvinage et qui sera une sorte de réponse indépendante au spectacle.

Et à présent, durant 2 semaines, c’est Marion Sage qui prend le relais et qui sera en recherche à Amiens au Centre Culturel Jacques Tati toujours dans le cadre du dispositif Happynest du Collectif Superamas. Une rentrée bien dense également pour Marion : entre son activité d’enseignante à la fac et l’écriture d’articles pour des revues spécialisées. On a toujours besoin d’une docteurE en danse…

De son côté Sophie Mayeux a travaillé dernièrement comme interprète pour la compagnie parisienne Arts et Regards qui mêle danse contemporaine et musique, puisqu’elle sera accompagnée au plateau par des chanteurs lyriques. La création est prévue fin 2018. Entre temps, elle travaille avec Léo Lequeuche (cie Velum) en tant qu’interprète toujours sur la création « Cent mille ans » et sera accueillie en résidence courant octobre à Arnhem aux Pays-Bas sur son projet « Die Verwandlung ».

Audrey Robin a quant à elle passée pas mal de temps au festival de marionnettes de Charleville à déguster des spectacles. Entre temps, elle a bien entamé la construction de la marionnette pour « Voilées » et a continué de se former la semaine dernière à l’occasion d’un workshop avec Matt Jackson au Centre de la Marionnette de Tournai où il était question de construire une marionnette non-réaliste (pour une fois !) en utilisant des matériaux moins nocifs pour l’environnement ou de récupération. C’est vrai qu’utiliser régulièrement des résines et des colles qui sont nocives pour la nature et la santé, ça pose question…

Et puis ça y est……. Audrey Robin possède à présent un bel atelier à Fructôse à Dunkerque !!! Elle ne sera plus obligée de construire dans le salon ou d’utiliser la cuisine pour faire fondre de la plastiline. Et ça, c’est quand même la révolution. Vous pourrez la retrouver le week-end du 14 et 15 octobre à l’occasion des Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes.

En octobre nous graviteront entre Lille, Roubaix, Caudry, Amiens, Dunkerque, Essen, Arnhem etc. Il paraît même que certaines d’entre nous survoleront bientôt l’Atlantique…

On est notamment super contentes d’être accueillies en résidence sur le plateau de Fructôse à Dunkerque pour la préparation de la petite forme jeune public autour des textiles qui sera présentée aux enfants sur le territoire du Caudrésis à partir d’avril prochain. L’environnement plastique est créé par l’artiste Simone Découpe qui créée des dentelles de papier, elle co-signera également la mise en scène avec Amélie Poirier tandis que Sophie Loock sera sur scène.

On s’arrête là pour aujourd’hui. A très bientôt !

Audrey Robin manipulant la marionnette construite avec Matt Jackson dans les rues de Tournai (crédit : Matt Jackson).

Amélie Poirier et la danseuse Jessie-Lou Lamy-Chappuis en résidence à la Maison de la Culture d’Amiens.

En septembre… on enchaîne !

Voilà, notre carte blanche à la Gare St Sauveur s’est terminée dimanche, c’était intense et beau à la fois. On a été touché par la mixité des publics, surprises par cette folle soirée de samedi soir où le public s’est jeté dans la danse lors du bal participatif « Ramène ton tutu ! », on n’oublie pas le concert déjanté de Martin Poppins. (La chanson « putain c’est quoi ça ? C’est du sperme ! » tourne en boucle dans nos têtes…). On est contente aussi d’avoir pu se tester sur de nouvelles propositions. Bref, ça nous donne la pêche pour commencer la saison, même si bien sûr, tout cela a mobilisé beaucoup de temps en préparation etc. ça nous a quand même permis de nous rendre compte qu’on était en réalité super organisé !

Depuis, il a fallu clôturer toute la gestion administrative de ce week-end, préparer la venue de « Citrus Andronicus » la semaine prochaine au Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières, envisager la résidence sur « Voilées » d’Amélie à la Maison de la Culture d’Amiens dans le cadre du dispositif Happynest qui débute lundi prochain pendant 2 semaines (Audrey est en pleine construction de la marionnette qui sera manipulée dans cette création), répéter pour les Journées du Patrimoine et du Matrimoine ce week-end dans les musées textiles du Caudrésis et puis aussi envisager la résidence mission de Sophie Loock à l’IME de Samer courant novembre-décembre prochain. De son côté, Mathilde s’approprie peu à peu le projet Du Fil à retordre ! (notre projet de mise en réseau des musées textiles du Caudrésis) -et elle fait ça très bien, nous sommes ravies qu’elle ait pu rejoindre notre équipe-.  C’est déjà pas si mal en une semaine de temps……

La semaine prochaine, les Nouveaux Ballets auront vraiment le don d’ubiquité, on sera entre Amiens pour « Voilées », Charleville-Mézières pour « Citrus Andronicus » et le festival de Fissennes en Belgique où Sophie Mayeux présente « Die Verwandlung ». Marion Sage fera sa rentrée d’enseignante et de docteure en danse à l’Université Lille 3 et Clémentine Vanlerberghe prendra un peu de temps pour se remettre des 2 semaines intenses qu’elle vient de vivre où elle a enchaîné entre une résidence en région parisienne avec la Cie Atmen pour laquelle elle est interprète, St Sauveur, les Journées du Matrimoine etc.

A bientôt !

 

 

C’est la rentrée !!

Bon, en vrai, certaines d’entre nous sont rentrées depuis un moment déjà, mais là on est vraiment… dans l’énergie de la rentrée (pour ne pas dire : le rush).

Notre week-end à la gare St Sauveur a lieu dans une semaine, alors on s’affaire  : Audrey termine la marionnette de Fabien Gautier qui remplace Rémi Hollant dans « Que ferez-vous de mon profil Facebook quand je serai morte ? », Amélie envoie un nombre incalculable de mails par jour pour coordonner au mieux tout l’événement, Caroline s’occupe de faire les petites courses et puis on re-commence à répéter ! (Surtout).

D’ailleurs hier, on a passé la journée dans la cuisine à répéter avec Sophie Loock « Citrus Andronicus », et on est contente de voir que le spectacle prend de la densité, que Sophie s’approprie si bien la chose même si après elle est crevée (c’est vrai, ce spectacle-là, c’est de la haute voltige en terme de psychomotricité). Ce sera la première fois que l’on montrera cette forme aboutie (enfin, ce sera une première quoi !) à St Sauveur avant de partir la jouer dans la rue au festival de marionnettes de Charleville-Mézières.

A Lille c’est la braderie ce week-end, mais nous on sera encore en train de travailler (on aime bien ça faut croire !), on a fait des provisions pour tenir sans avoir à sortir ! C’est pas comme si on avait que St Sauveur à préparer, il y a aussi tout le reste de la saison. D’autant plus que cette année va être particulièrement chargée. Lundi, on accueille une nouvelle salariée : Mathilde qui va nous assister sur la production, notamment en ce qui concerne notre projet sur le territoire du Caudrésis-Catésis autour des textiles. Une nouvelle aventure !

En attendant, on a hâte que nos ami.e.s de France et de Navarre débarquent à Lille à partir de jeudi prochain pour ce week-end fou fou fou à la gare St Sauveur. On sait qu’on va être crevée, mais ça nous ravit !

A gauche : Audrey termine la sculpture du visage de Fabien avant de passer au moulage.

Au Centre : Achat du jour à Floralux (!), les plantes pour le spectacle « La Jeune fille et la morve ».

A droite : les « tours de cou » avec le logo des Nouveaux Ballets sont arrivés !

 

Les vacances & le travail

En été : on travaille sur l’ordinateur en s’étirant.

Bonjour à tout.e.s,

C’est quelque chose de poster un premier billet dans ce blog. On s’est dit que notre page Facebook ne suffisait pas à rendre compte de l’engouement de chacune. Alors, on a créé ce blog, pour vous raconter, se raconter, au quotidien, au jour le jour, comment ça se traficote pour nous entre nos projets de spectacles, d’installations, de films, d’actions avec différents publics etc. Promis, on tâchera d’être régulières ou du moins on fera du mieux que l’on puisse faire.

C’est le mois d’aout et beaucoup sont en vacances. De notre côté, une partie de la team prépare déjà la rentrée (faut dire aussi qu’avec notre carte blanche à la gare St Sauveur début septembre, c’est du boulot ! Mais Amélie est toujours toute excitée à l’idée d’organiser de gros événements ambitieux. Oui, c’est vrai, on est contentes de pouvoir rencontrer de nouveaux publics, d’y retrouver nos ami.e.s, de présenter leur travail et le nôtre (pour certain.e.s, ce sera la première fois dans la Région). Depuis mai on prépare petit à petit cet événement qui regroupera pas loin d’une trentaine d’artistes venu.e.s de Lille, Paris, Grenoble, Montpellier, Nîmes, Amiens, le Jura, Nantes, Caen, Bruxelles, Berlin, Rome, Bâle etc. Alors, oui là on termine les feuilles de routes, on pose à plat les dernières questions techniques, le catering, les hébergements pour tout.e.s, les transports etc. Audrey est d’ailleurs en train de travailler à la création d’un logo pour les Nouveaux Ballets qui viendra orner nos tours de cou (le sens du détail ne s’invente pas). Heureusement que Caroline Decloître nous a rejoint comme assistante production sur ce projet avec qui Amélie travaille conjointement sur la logistique. Faut dire aussi que Caroline connaît déjà St Sauveur pour avoir organisé le concours Shake Shake Shake avec le CCN de Roubaix. (De quoi nous apaiser). Entre deux il y a eu des RDV techniques à la Gare St Sauveur avec une autre Caroline (Carliez cette fois-ici) et Audrey qui auront la lourde tâche d’accompagner techniquement ce week-end intense (on va essayer de leur dégager du temps pour manger quand même ! C’est ce que nous nous sommes dits lors de la dernière réunion…). Sophie, Marion et Clémentine présenteront leurs (très belles) différentes recherches en cours.  Amélie de son côté fait déjà des stocks d’huile essentielle de camomille romaine pour enchaîner « La jeune fille et la morve » (qu’elle n’a pas joué depuis le printemps 2015, l’occasion de retrouver ses petits chaussons) >  « Nous ne pouvons nous figer paisiblement en monticules lisses » (petite forme qu’elle s’est amusée à créer l’année dernière à l’Abbaye de Royaumont et qu’elle reprend exceptionnellement à cette occasion) > La soirée participative « Ramène ton tutu ! » (et ça, on vous le dit : c’est un sacré truc à organiser aussi, mais ça va être top !) > « Que ferez-vous de mon profil Facebook quand je serai morte ? »  (première fois officielle en espace public et en bonus avec une reprise de rôle : Fabien Gauthier reprend le rôle de Rémi Hollant qui va beaucoup tourner cette saison avec la nouvelle création de Gisèle Vienne !). Bref, un sacré week-end en perspective…

Mais comme si ça ne suffisait pas, on prépare aussi la suite du projet Du fil à retorde ! autour des textiles du Caudrésis-Catésis. Là, on s’active pour les journées du Patrimoine/Matrimoine (y a pas que des mecs dans le textile !) : dramaturgie, chorégraphie, élaboration des différents parcours au sein des musées etc. C’est à présent les Nouveaux Ballets qui portent ce projet à la suite de l’éclatement du Collectif XXY. Et cette année, nous sommes fières d’avoir un nouveau partenaire (de choix) : le Musée Matisse du Cateau avec qui nous allons collaborer en plus des musées de Caudry, Avesnes-Les-Aubert et Villers-Outréaux. Le Département du Nord nous soutient à nouveau (et encore davantage !) ce qui nous permet de relancer la dynamique au moins jusqu’au printemps 2019. Et puis, on recrute aussi quelqu’un.e en contrat aidé qui sera en charge de la coordination (pour Amélie, ce poste commençait à devenir un peu trop chronophage, en plus de ces multiples activités). On vous en dira bientôt plus à ce sujet quand ce sera officiel (les entretiens, ça prend toujours un peu de temps), mais on peut déjà vous dire que nous sommes heureuses de ce qui se dessine…

Et puis, bien sûr, on prépare nos créations : lectures, écritures de dramaturgies ou de dossiers, collections d’images etc. (Mais tout ça aussi, on vous racontera plus tard).

En attendant, Clémentine se repose entre deux représentations de la pièce « Tétris » de la Cie Arch8 aux Pays-Bas avec qui elle tourne depuis 2011 (en novembre prochain elle partira en Chine pendant 3 semaines tourner cette pièce), Sophie retrouvera bientôt une comparse danseuse au Mexique après une représentation de la forme courte de sa pièce « Die Verwandlung » à Amsterdam fin juillet et Marion est en ce moment-même (et durant tout le mois d’aout) en résidence avec l’artiste sonore Anne Lepère au Q-02 à Bruxelles pour une recherche autour des différents sons produits par le corps. Amélie et Audrey viennent tout juste de rentrer du Royaume-Uni où elles ont eu l’occasion de visiter des villes industrielles et… textiles (c’est qu’à force de travailler autour de cette thématique et d’écouter les habitant.e.s nous raconter cet artisanat, on se passionne).

On vous souhaite une belle semaine (à très bientôt !).